Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2014-02-27T09:35:00+01:00

Césaire au Courtil. L'histoire d'un gâchis.

Publié par Corinne Duval-Pollet

 

      Le Courtil est l'établissement tant vanté dans le film A ciel ouvert de Mariana Otero, un film qui à mon sens est totalement à côté de la réalité, un film qui prone des méthodes d'un autre âge où nos enfants différents sont appelés FOU, où les parents sont quasiment niés, l'école inexistante, où les éducateurs appelés Intervenants sont en analyse et semblent se sentir obligés d'analyser le moindre fait et geste de l'enfant jusqu'à voir dans chaque acte anodin de l'enfant, une dévianc exemple: le fait de verser directement du chocolat en poudre de la boite au bol, plutôt qu'avec une cuillère et analysé comme un signe de Jouissance? Un film qui m'a fait froid dans le dos, l'enfant semble être tellement livré à lui-même qu'il semble en danger. Exemple: un nouvel arrivé est laissé quasiment seul avec une enfant qui pourrait être dangereuse, il est tenté par une tartine de chocolat, son regard est plein d'interrogations, désespéré et personne ne lui dit qu'il peut se servir!!! Un autre exemple: Les enfants sont en balade au bord de l'eau, certains sautent vraiment tout près du bord et là l'intervenante ne bouge pas, aucunes mises en garde!!! Le fait de laisser de la liberté d'expression, ne veut pas dire à mon sens, ne donner aucun cadre... Où est le respect de l'enfant lorsque l'on voit l'un d'eux prendre un bain et qu'une autre enfant (avec en plus de gros troubles de la sexualité) entrer et l'observer dans la salle de bain?

Un film sans aucune utilité sauf celle de la propagande qui a coûté la coquette de 700.000 euris???

 

 

Corinne et Christian Duval.

Clémentine, Célestine, Charles, Césaire et

Colombine Duval, leurs enfants.

                                              Mercredi 26 février 2014.

 

Septembre1999, Césaire notre quatrième enfant aura sept ans en octobre. Depuis tout petit Césaire est différent, il est sociable, enjoué, mais il a marché très tard, la propreté est venue vers ses trois ans, son langage est rare. De médecins en spécialistes, nous obtenons très peu de réponses. Sa scolarité est difficile. En 1999 un psychiatre de Boulogne/mer dans le Pas de Calais le diagnostique « Autiste grave »… 

La Belgique nous semble indiquée pour nôtre fils, là-bas l’école est spécialisée, des méthodes sont mises en place pour aider les enfants comme lui. Nous avons entendu parler du Courtil par une amie qui a une amie qui y travaille. Après un premier rendez-vous avec le directeur de l’IMP Nôtre Dame de la Sagesse, nous sommes conquis, les enfants y semblent bien puis l’école la Goélette  nous semble tout à fait adaptée pour Césaire.. A notre grand étonnement et soulagement la CDES accepte de suite que Césaire parte en Belgique. A ce moment là nous avons confiance. Malgré ‘éloignement puisque c’est pour son bien, Césaire va partir au Courtil.

Le premier choc a lieu dès le premier jour, mon mari et moi amenons Césaire, nous entrons par le grand hall de l’IMP et là, nous n’irons pas plus loin! Un intervenant vient chercher notre petit garçon, nous n’avons pas le droit de l’accompagner à sa chambre???

J’arrive tant bien que mal à avoir notre fils au téléphone une fois par semaine, bien souvent on me dira qu’il n’est pas libre! Les premiers week-end tout semble aller, Césaire rentre content semble-t-il, puis au fil du temps il rentre et manifeste de la violence, tape dans les portes, jettent ce qu’il trouve sur son chemin, crie énormément.. Nous ne reconnaissons plus notre fils, jamais il n’a été violent, c’est au contraire un enfant très doux, joyeux? Je ne m’étendrai pas sur le fait que ses vêtements disparaissent, il revient avec d’autres qui ne lui appartiennent pas, il nous sera répondu que « là-bas ça n’a pas d’importance, c’est l’enfant qui décide ».

Césaire va très très peu à l’école, là aussi il nous sera répondu que « c’est lui qui doit en faire la demande! » Vous connaissez un enfant de sept ans qui insiste pour aller à l’école? La plupart du temps c’est un taxi qui le ramène chaque semaine, les fois où nous allons le chercher, c’est une pagaille monstre à la sortie et de toute façon il n’est quasiment pas possible de voir un éducateur…

 

Chaque mois nous allons une fois en entretien au Courtil, nous pensions naïvement que c’était pour parler de Césaire, de ses difficultés, de ses progrès, de ses activités, ce ne sera quasiment JAMAIS, c’est nous les parents qui sommes en analyse.

Lorsque nous évoquons sa violence qui est nouvelle, l’interlocutrice semble contente de nous dire qu’il est certainement mieux chez eux, c’est-ce qu’il veut nous faire comprendre…???

 

Au fil du temps Césaire va de plus en plus mal, il perd ses cheveux, il nous est répondu « C’est le trou noir de sa pensée qui se manifeste ». De plus en plus Césaire a les yeux qui se révulsent, il lui arrive même parfois de tomber, nous sommes très inquiets et là encore on nous répond ce n’est pas grave, nous découvrirons que à part en cas de fièvre, Césaire n’est pas vu par un médecin!

 Pendant ce temps là lorsque nous rencontrons les instituteurs ceux-ci nous font part des progrès que pourrait faire Césaire si il venait plus souvent à l’école! Là impossible d’être écoutés par les intervenants du Coutil. C’est comme si notre enfant ne nous appartenait plus, c’est comme si sa vie au sein de sa famille n’était pas nécessaire. Je tien à préciser que nous sommes une famille équilibrée où la fratrie tien beaucoup de  place, les frères et sœurs de Césaire ne reconnaissent plus leur petit frère, il est devenu si triste. De plus en plus je trouve une excuse pour le garder à la maison. Avec mon mari nous décidons de lui faire faire un EEG, il s’avèrera que Césaire est épileptique, 140 crises par 24 heures seront quantifiées.

Lorsque nous mettons les responsables du Courtil au courant et que nous leur posons la question du « Pourquoi eux qui finalement l’ont plus souvent que nous ne s’en sont-ils pas alertés? » Ils nous répondrons que l’aspect médical n’est pas leur rôle…

 

  Ce sont deux éducateurs dont je garderai l’anonymat qui nous ont alerté à l’époque, ils nous ont téléphoné, nous demandant si nous voulions bien les recevoir chez nous afin qu’ils nous montrent le film d’un séjour en roulotte avec un groupe d’enfants dont le notre, c’était pour nous la seule occasion de le voir, les parents n’ayant même pas ce droit, ce film ne devant servir qu’à l’étude de comportement des enfants!!!

Nous les avons reçu avec joie bien-sûr et encore maintenant nous leur en sommes reconnaissants, cette cassette nous l’avons gardée. A l’occasion de cette visite, ils nous ont dit se permettre de nous conseiller de ne pas laisser trop longtemps Césaire au Courtil « Vôtre fils est fin, a de l’humour, pensez à trouver autre chose pour lui »…

 

Césaire est resté un an et demi au Courtil, nous leur avions confié un enfant, nous avons récupéré un vieillard!!! Depuis Césaire s’est reconstruit, il a 21 ans, certes il est TSA mais il va bien, plus jamais il n’a été violent. Il a complètement oublié son séjour au Courtil, il dit n’en avoir aucun souvenir! Je ne ferai pas comme eux, de l’analyse à bon marché mais malgré tout….

Alors que nous racontions cette histoire à une des responsables de la CDES d’Arras, elle nous a répondu « Mais vous aviez mis votre enfant dans un des plus grand centre psychiatrique de Belgique !!! » POURQUOI NOUS L’AVAIT-ELLE PAS DIT AVANT? 

Nous sommes allés voir le film A ciel ouvert de Marian Otero, nous le trouvons dangereux et mensonger, les enfants ne sont pas libres, ils sont au contraire sous emprise et il me semble que les éducateurs aussi.

Nous restons à votre entière disposition.

Cordialement

Corinne Duval

 

 

 

Voir les commentaires

commentaires

Marian Giacomoni 20/07/2015 23:00

Cet article reflète mes opinions personnelles.
Elles ne guident pas mes pas dans l'ensemble de mes actions.
Être mature, c'est savoir écouter autrui et tenir compte de ses opinions (même si elles nous paraissent contraires au nôtre) lorsqu'il s'agit de bâtir pour l'intérêt commun.
http://en-quete-de-declics.fr/index.php?declic=quete&autisme=autisme-les-deportes-en-belgique

laouen 05/03/2014 14:54


J'arrive seuèlement !ce récit fait froid dans le dos .Ces gens sont des professionnels??? et tout cela au non d'une pensée unique!Les parents sont des parents mais les exclure ainsi et
redonner un enfant dans un tel etat,,cela ne devrait pas être permis .Et qui paie tout cette incompétence??? mais quand les parents sont en difficulté ,c'est si facile de leur dire qu'ils ne
sont pas compétents!!Cesaire a une  grande : chance avoir sa famille si unie prés de lui


Bisous Maroe-Pierre

Corinne 03/10/2014 16:59

Bonjour Paola, il faudrait que vous me contactiez en passant par "contact" comme ça j'aurai vôtre adresse mail et nous pourrons discuter ensemble. Là je suis hospitalisée mais je rentre demain chez moi et je vous promets de vous contacter.
A bientôt.
Corinne

Dalla-Ricc 03/10/2014 16:40

Bonjour,
J'ai cherché sur internet quelqu'un qui parle du Courtil car mon fils, Maxime, il y est depuis la rentrée de septembre. Au debout, tout allait bien: d'autant plus que Maxime allait toute la journée à la Goelette. Ensuite quand les "ateliers" ont commencé mon fils a être très énervé et faire de "bêtises". Réponse de la directrice pédagogique: shootez le avec du Agilify ( ou risperdal , c'est pareil!)... Bon bref: ça ne va pas. J'aimerai que vous me contactiez pour qu'on puisse en discuter...Je vous remercie
Paola

Corinne Duval-Pollet 05/03/2014 22:16



Je crois que pour se dire analyste il faut seulement avoir fait une analyse soi-même il me semble! Là bas je ne sais pas qui était qui, les gens ne se présentaient pas en tant que... Tout était
caché... 



Pierrette Richard 04/03/2014 21:52


De tout coeur avec vous!


Il n'y a pas de mots...mais tu as su les trouver!


Bisous courage

Corinne Duval-Pollet 05/03/2014 22:17



Merci Pierrette.


Bisous heureux



fanfanchatblanc 04/03/2014 11:03


Bonjour Corinne. Ton récit fait froid dans le dos. heureusement que vous avez été attentifs et que vous avez réussi à sortir Césaire de cet endroit glauque. Bisous et mille pensées douces pour
Césaire

passion 03/03/2014 18:16


Rien à ajouter à autant de mots de soutien et de révolte 


Je suis triste, peinée pour Césaire bien sur, mais aussi pour tous les autres enfants qui n'ont pas la chance d'avoir des parents aussi attentifs et déterminés! 


Avec tout mon coeur de maman

Autisme 02/03/2014 06:31


Triste.


http://en-quete-de-declics.fr/index.php?police=courrier&fond=uni&declic=quete&autisme=Adieu_Choupinette_Ou_le_debut_des_emmerdes


Bien cordialement,
Une personne autiste. 

Corinne Duval-Pollet 03/03/2014 11:55



Oui c'était une période infiniment triste. Je suis allée sur vôtre blog et je suis admirative, je trouve courageux et formidable qu'une personne autiste témoigne ainsi, vous avez la chance de
pouvoir le faire Césaire a une déficience intellectuelle et ne pourra pas, alors en son nom Bravo. Je vais continuer à vous lire.


Amitiés



BEVERLY stéphanie 01/03/2014 22:15


Bonjour.  Je viens de découvrir votre blog.  Le film A Ciel Ouvert va bientôt être diffusé dans ma ville, le 14 mars (Conflans Sainte Honorine dans les Yvelines).  Votre témoignage
pourrait m'être d'une grande aide afin de participer au débat qui suivra la projection et porter haut et fort la parole de ceux qui ne l'ont pas.  Si vous pouviez me joindre par mail,
peut-être pourrions-nous échanger à ce sujet?  Merci d'avance. Stéphanie beverly

Corinne Duval-Pollet 03/03/2014 11:31



Bonjour, je vous envoie un mail de suite



cafardages 01/03/2014 09:54


terrble ce que tu racontes Corinne. On a envie de chialer ou de tout casser    au choix    Bizzz des Caphys

CriCri 28/02/2014 23:38


Je sais que nous, éducateurs, pouvons faire autant de mal que de bien au nom de la "bientraitance" et de ce qui est "bon" pour l'autre. Je ne peux m'empêcher de me demander... comment on sait que
ce qu'on souhaite pour l'autre est bon pour lui??


Depuis quelques mois, le conseil général de l'Essonne (et d'autres) tentent d'ouvrir suffisamment de places en France pour accueillir tous les "exilés" forcés en Belgique. Je ne sais pas si c'est
bien ou mal. Certaines structures sont certainemens bonnes, tout comme d'autres sont certainement mauvaises. Et cela dépend sans doute également des personnalités des enfants ou adultes qu'on y
place. En tout cas c'est la preuve d'un certain dysfonctionnement et d'une volonté d'y remédier.


Parce que je pense qu'un placement proche de chez soi permettant de maintenir des liens familiaux facilement est ce qui est de meilleur dans une grande majorité des cas. Et aussi qu'avoir un
centre proche de chez soi, dans son pays, voire dans sa ville, permet d'avoir des recours plus faciles et donc de meilleurs soins.


J'ai déjà été très longue, mais je me souviendrais toujours de la façon dont étaient parfois traités les gens dans la maison de retraite ou était mon grand père. Peu écoutés, nourris quand on en
avait le temps (ben oui, au réfectoire c'est facile, en chambre ça l'est moins et ça prend plus de temps)... le fait de passer régulièrement (et surtout à l'improviste) permettait au
personnel d'être plus attentif pour lui. Entendons nous bien, le personnel, à 2 pour 20, faisait bien ce qu'il pouvait. Nos petits gestes étaient de venir souvent à l'heure des repas, et de le
faire manger. Cela déchargeait l'équipe qui, du coup, était également encline à faire des efforts. Cela n'aurait sans doute pas été possible s'il avait été placé loin de sa famille.


Et je souhaite hardemment que des enfants comme Césaire n'aient plus à faire les frais d'un système essouflé... C'est bien que vous ayez tous été là pour lui malgré tout. Je m'arrête là, bises :)

MO 28/02/2014 13:16


Je me demandais au début de ton article si Césaire n'était pas tombé dans une secte! Et c'est un grand centre psychiatrique?


Je ne connais rien au sujet de l'autisme, bien sûr, mais j'ai lu des articles disant que les vieilles méthodes étaient remises en question à la grande réticence de certains psychanalystes


Bises,


Mo.


 

Milie Coquille 28/02/2014 07:53


C'est terrible, ça fait froid dans le dos...


Des parents démunis pensant trouver la meilleure solution pour leur petit.... et c'est le drame...


C'est intolérable.... Ces gens qui se croient tout puissants et qui ne sont que minables, imbus et totalement dangereux...


La belle leçon a en tirer, c'est que les parents doivent rester les premiers éducateurs ! et eux seulent savent oui eux seuls.... Ils ne doivent jamais perdre le pouvoir de décider où, quand,
comment...


La belle nouvelle c'est que Césaire a une chance inouie......et qu'il vous le rend bien...


Plein de tendresse à vous tous et si tu dois mener un combat ! ! On sera là ! !


 

Corinne Duval-Pollet 28/02/2014 12:36



J'aurais pu appuyer le texte avec des photos avant/après, comment il était devenu notre petit! Oui c'est terrible et le terrible est que des enfants subissent encore çà! 


Pour certains petits je reconnais qu'ils peuvent y être bien, tant ils sont démunis mais ce n'est pas la majorité, puis chaque enfant mérite d bénéficier des progrès énormes qui ont été faits
dans la connaissance de ce handicap.


Césaire va très bien et nous aussi je t'assure mais je ne peux imaginer me taire...


Merci pour ta présence et ton amitié. Je t'embrasse fort



aline 28/02/2014 00:12


Bonsoir Corinne, trop facile de dire que c'est l'enfant qui fait son choix, un enfant quel qu'il soit a besoin de bases structurées sur lesquelles il pourra se construire, Jordan a eu de la
chance, son hôpital de jour à taille humaine l'a très bien préparé et orienté vers une classe d'adaptation et ceci en douceur. Auparavant dépisté à la maternelle et déscolarisé, il entrera à
l'hôpital de jour à 5 ans passés, cette périodea été dure à vivre autant pour lui que pour moi. Bises  Aline

Corinne Duval-Pollet 28/02/2014 12:31



C'est le danger de la pensée unique là-bas ce n'est que Lacan et encore Lacan et c'est très dangereux, même pour les éducateurs qui y travaillent, ils ne réfléchissent plus par eux-même! Jordan a
aussi beaucoup de chance d'avoir une maman comme toi.


Je t'embrasse fort



arlette 27/02/2014 21:10


heureusement que vous êtes des parents responsables, les dégats auraient pu etre plus grands encore..je partage 


bises

Corinne Duval-Pollet 28/02/2014 12:29



Il serait devenu réellement fou si nous n'avions pas réagi! Ce qui m'inquiète c'est que malheureusement tous les parents n'ont pas les ressources pour se rendre compte, il faut qu'ils soient
aidés ces gens, mais comment faire?


Bisous mon amie



marie des vignes 27/02/2014 17:31


Bonjour Corinne, quelle tristesse la lecture de ton billet, heureusement pour césaire cela s'est arrangé, imagine si vous ne vous en étiez pas inquiété comme vous l'avez fait? cela fait froid
dans le dos. C'est du passé , Césaire  va de l'avant et c'est le principal. Bisous MTH

Corinne Duval-Pollet 28/02/2014 12:26



Oui Marie c'est du passé et la chance de Césaire est qu'il a une nature formidable. Je témoigne pour que d'autres enfants soient protégés tous n'ont pas la chance de notre fils.


Je t'aime fort Marie. Bisous



Mitou 27/02/2014 17:15


coucou Corinne


J'ai lu .Mais je ne commanterai pas !!


gros bisous à vous tous


MITOU

Corinne Duval-Pollet 28/02/2014 12:25



♥♥♥


Doux bisous



Claudine /canelle 27/02/2014 13:24


Merci pour ce partage Corinne 


Il en faut pour faire avancer les choses !!


Bises


 


 

Corinne Duval-Pollet 28/02/2014 12:24



Oui il le faut puis aussi dire que ce n'est pas le cas partout que la majorité des établissements fait un travail formidable.


Des bisous



madilys 27/02/2014 12:58





heureusement,qu il ne s en souvient plus


biz tous

Corinne Duval-Pollet 28/02/2014 12:22



Et pourtant il a une mémoire extraordinaire! Il a su se protéger, c'est une bonne nature mon Césaire 


Bisous



madamascar 27/02/2014 12:52


je viens de regarder l'extait sur arte , et les commentaires , je suis très curieuse et la vidéo sur you tube de la maman d'Émeric , comme vous elle s'est battue pour son fils , bises

madamascar 27/02/2014 12:11


Mais c'est horrible ce que tu décris , connaissant Césaire , il n'avait pas à être dans un centre psychiatrique !!!, on se croit au moyen âge , les enfants séparés, enfermés , j'en ai
 les alarmes aux yeux , comme tu dis des années de gâchis pour lui , heureusement qu'il n'a aucun souvenir de son séjour , et qu'il est mille fois mieux chez vous , et épanoui , vous vous
êtes battu pour lui je vous adore tu le sais , bisous +++++

Corinne Duval-Pollet 27/02/2014 12:34



Oui Michèle c'est horrible, les premières années de Césaire ne sont qu'une succession d'embûches de ce genre, je suis étonnée qu'il soit devenu ce qu'il est! Le pire tu vois est de me dire que
peut-être que si son épilepsie avait été découverte avant, il n'en serait pas là!


Je t'embrasse très très fort.



Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog